top of page

Votre enfant sort du lit le soir ?




Vous vous demandez quoi faire lorsque votre tout-petit ne veut pas rester au lit ?

C’est l’une des difficultés de sommeil les plus courantes chez les tout-petits. Les tout-petits repoussent naturellement les limites. C'est ainsi qu'ils apprennent et explorent leur monde. Mais souvent, ce désir d’indépendance et de contrôle peut avoir un impact sur le sommeil de votre tout-petit. Je peux aider. Pourquoi votre tout-petit continue-t-il à sortir du lit ?

Comment pouvez-vous aider chacun à passer une bonne nuit de sommeil dans son propre lit ?

1. Votre tout-petit éprouve des difficultés après la transition du berceau au lit.

Tout d’abord, je recommande toujours de vous assurer que votre tout-petit est vraiment est pret afin de préparer tout le monde au succès. Vous ne pouvez pas forcer un tout-petit à dormir, mais vous pouvez faire en sorte que le fait de rester au lit soit non négociable.

Comment tu fais ça? Chaque fois que votre tout-petit se lève et sort du lit, vous le raccompagnez directement au lit. Vous restez calme, bienveillant et ferme. Lorsque le fait de sortir du lit n'entraine aucune réaction et qu'il suffit de retourner au lit, votre tout-petit devient de moins en moins motivé à essayer d'en sortir. Vous devrez peut-être faire cela encore et encore pendant un moment, mais avec le temps, votre tout-petit apprendra que rester au lit est la seule option pour l'heure de la sieste et l'heure du coucher : repetition et regularité sont les clés du succes Si vous avez besoin de conseils supplémentaires, étape par étape, sachez que mon cours l'accompagnement en groupe vous guidera à travers tout ce que vous devez savoir pour permettre à votre tout-petit de bien dormir dans son propre lit.

2. L'environnement de sommeil de votre tout-petit doit être ajusté.

Nous voulons être sûrs que l’environnement est propice à un bon sommeil. Pour la plupart des tout-petits, voici à quoi cela ressemble :

  • une pièce sombre sans stimulation . Cet environnement sombre indique à votre tout-petit qu’il est temps de dormir.

  • les bruits blanc . Le son constant du volume de la douche aide les tout-petits à s'endormir plus rapidement et minimise les bruits stimulants.

  • un espace libre de distractions passionnantes . Jetez un œil à la chambre de votre tout-petit. Voyez-vous des jouets ou des décorations stimulantes ? Même si la chambre de votre tout-petit est complètement sombre, il peut avoir plus de mal à dormir s'il sait que ces jouets l'attendent. Demandez à votre enfant de vous aider à dire « bonne nuit aux jouets » en les rangeant dans le placard ou dans le bac à jouets pendant qu'il dort et rappelez-lui qu'il sera là pour jouer avec demain.

  • une température confortable pour dormir . Entre 19 et 22 degrés est généralement la plage de température recommandée pour dormir (pour tous les âges).


Conseil d'expert : vous pouvez toujours créer un environnement de sommeil idéal même si votre tout-petit préfère dormir avec une veilleuse.


3. L'horaire de sommeil de votre tout-petit doit être évalué.

Souvent, lorsqu'un tout-petit ne reste pas au lit pour les siestes ou la nuit, un ajustement de son horaire de sommeil peut aider.

Pourquoi? Parce qu'un enfant fatigué reçoit une poussée de cortisol qui agit comme un « second souffle » et l'oblige à lutter contre le sommeil. D’un autre côté, un enfant qui n’est pas assez fatigué sera tenté de sortir du lit car son corps n’est tout simplement pas prêt à dormir. Jetez un œil aux fenêtres de réveil de votre tout-petit et à son sommeil diurne total.

Gardez à l’esprit que la plupart des tout-petits ont encore besoin d’une sieste jusqu’à l’âge de 4 ans. Cependant, chaque enfant se développe à son propre rythme, donc certains seront peut-être prêts à abandonner leur sieste un peu plus tôt, et d'autres le feront bien après leur quatrième anniversaire. Si votre tout-petit refuse une sieste dont vous savez qu'il a besoin, une heure de coucher flexible peut aider à éviter une fatigue excessive.

Si votre tout-petit a du mal à dormir, le programme sommeil peut vous aider ou une evaluation du sommeil peuvent vous aider.



4. Votre tout-petit a besoin d’une routine cohérente au coucher.

Les tout-petits s’épanouissent vraiment grâce à la prévisibilité et à la routine. Savoir à quoi s’attendre à l’heure du coucher peut faire une grande différence dans la réussite du sommeil. Avoir une routine de coucher cohérente aide à indiquer au cerveau de votre tout-petit que le sommeil arrive, facilite la transition entre l'heure d'éveil et l'heure du sommeil et établit une limite aimante qui aide votre tout-petit à se sentir en sécurité. Une routine au coucher n’a pas besoin d’être compliquée. Suivez simplement les mêmes étapes dans le même ordre chaque soir pour aider votre tout-petit à comprendre vos attentes concernant l’heure du coucher.

L’utilisation d’un tableau de routine du coucher comme rappel visuel peut faciliter l’heure du coucher, surtout si les transitions sont difficiles pour votre tout-petit. Les années des tout-petits sont pleines d’étapes de développement majeures et de grandes transitions. L’imagination florissante de votre tout-petit et son sentiment croissant d’indépendance peuvent rendre le sommeil un peu difficile. Des changements majeurs dans les routines, comme l'ajout d'un frère ou d'une sœur , l'apprentissage de la propreté et l'entrée à l'école maternelle, peuvent également entraîner des perturbations du sommeil. Certains des signes les plus courants d’une régression du sommeil chez les tout-petits sont :

Certains tout-petits peuvent subir la régression du sommeil à l'âge de 2 ans , mais comme chaque enfant se développe à son propre rythme, il est possible de constater une régression du sommeil chez les tout-petits à chaque fois que votre tout-petit connaît une poussée de croissance, une progression du développement ou un pic d'anxiété de séparation . . Les régressions du sommeil sont souvent temporaires et ne justifient généralement pas de changements dans les routines de votre tout-petit.

Si votre tout-petit teste ses limites lors de ces changements, sachez que c'est normal et continuez à donner la priorité au sommeil. Rester cohérent peut aider une régression du sommeil à passer plus rapidement. Si le sommeil a toujours été difficile, sachez qu'il n'est pas trop tard pour bien dormir et nous sommes la pour vous aider avec une approche holistique et émotionnellement connectée pour préparer le sommeil de votre enfant de 2, 3 ou 4 ans.

6. Votre tout-petit a peur du noir.

En tant que parents, nous voulons faire tout notre possible pour apaiser les peurs de nos enfants. Lorsque votre tout-petit ne reste pas au lit à cause de sa peur du noir , voici mon conseil : montrez à votre tout-petit pourquoi et comment il est déjà en sécurité. Vérifiez le placard ensemble. Jetez un œil sous le lit ensemble. Montrez-leur à quel point leur chambre est sûre, y compris leur propre lit.

L'imagination commence à se développer vers l'âge de 2 à 2,5 ans et continue de croître à mesure qu'ils vieillissent. Cette évolution majeure peut parfois amener un tout-petit à avoir peur du noir. Il existe quelques autres facteurs qui peuvent également aggraver la peur du noir :

  • Être fatigué . Lorsqu’un tout-petit est fatigué, son corps libère des hormones de stress qui peuvent accroître son anxiété.

  • Etre sous-fatigué . Si votre tout-petit n'est pas assez fatigué à l'heure du coucher, il peut passer plus de temps allongé dans son lit, éveillé, ce qui laisse plus de temps à son imagination pour laisser libre cours à son imagination.

  • Temps d'écran . Parfois, quelque chose qui nous semble inoffensif peut en réalité effrayer votre tout-petit et accroître sa peur du noir. Gardez un œil sur ce que votre tout-petit voit sur les écrans . Je recommande d'éteindre les écrans au moins une heure avant une sieste ou l'heure du coucher.


7. Votre tout-petit malade ne dormira pas seul.

La maladie peut provoquer des perturbations du sommeil, et ces perturbations du sommeil peuvent amener votre tout-petit à sortir de son lit pour plus de confort. Si votre tout-petit est malade , il aura peut-être besoin d’un soutien supplémentaire pour répondre à ses besoins physiques et émotionnels. Voici ce que je recommande lorsque votre tout-petit malade a besoin de vous à proximité pendant la nuit : au lieu de l'amener dans votre chambre, allez dans sa chambre. Prenez un matelas et dormez par terre à côté de leur lit. Cela les aidera à mieux dormir pendant la maladie tout en vous permettant de rester suffisamment près pour répondre à leurs besoins.


Conseil d'expert : Une fois que votre enfant se rétablit, reprenez vos saines habitudes de sommeil . Pour la plupart, quelques jours seulement suffisent pour se remettre sur la bonne voie après une maladie.


Que puis-je faire si mon tout-petit ne veut toujours pas rester au lit ? C'est une partie normale du développement des tout-petits que de tester les limites, même lorsque vous avez effectué tout le travail de préparation et défini des attentes claires . Je sais que cela peut être frustrant, mais pour réussir, il est nécessaire d’avoir un plan pour repousser ces limites. Votre plan pourrait être aussi simple que : chaque fois que votre tout-petit sort du lit, vous le raccompagnerez calmement au lit, le borderez et quitterez la pièce. Si vous avez besoin d'aide supplémentaire pour déterminer le plan qui convient le mieux à votre famille, sachez que mon cours d'entraînement au sommeil des tout-petits vous aidera à le faire. Je vais vous guider à travers un plan holistique et personnalisable, étape par étape, pour examiner l'heure d'éveil, l'heure de sommeil, le comportement des tout-petits et bien plus encore pour voir des nuits et des siestes réparatrices pour votre tout-petit. Oui, il est vraiment possible d’aider votre tout-petit à passer une bonne nuit de sommeil dans son propre lit.



Plusieurs choses existent pour vous aider vous et votre enfant :



si besoin nous pouvons vous rappeler pour en discuter cliquez ici


Audrey

232 vues

Comments


bottom of page